NUAJ LIVE TRIBUTE - LA KATET COMPAGNIE

(c) Pierre Pontvianne (c) Pierre Pontvianne
  • 1 / 1
2016

Auteurs interprètes Marion Leclercq, David Mambouch
Auteurs invités Ulises Alvarez, Louis Dulac, Laura Frigato, Florence Girardon, Aimée Lügenmund, Maguy Marin, Valérie Marinese, Louise Mariotte, Xavier Mestres, Pierre Pontvianne, Agnès Potié, Phillipe Vincent
Scénographie Benjamin Lebreton
Son  Rodolphe Moreira
Lumières  Yoann Tivoli

 

David Mambouch écrit ou s’empare de partitions de théâtre, de danse, de musique et de cinéma.
Il est interprète, auteur, metteur en scène.

Marion Leclercq est musicienne.
Multi-instrumentiste, elle écrit et chante ses propres textes.

Dom Juan immuable et nuage, qui apparaît et qui disparaît.
Giovanni Dotoli

Après Juan, partition pour huit interprètes créé au TNP de Villeurbanne en 2015, La Katet Compagnie invente avec le laboratoire Nuaj et la performance Nuaj Live, un retournement, l’anagramme d’une recherche artistique sur l’incarnation du mythe théâtral. Dans la prolongation d’un geste initié avec Sinsgpiele, créé avec Maguy Marin et Benjamin Lebreton au Théâtre Garonne en 2014, l’interprète David Mambouch y poursuit sa quête, inachevée par nature, des transformations sensibles de l’être.
Quelle est l’essence immuable d’un être ? Qu’est-ce qui s’adapte, voire se transforme radicalement en nous-mêmes, en permanence, au contact d’autrui ? Où, quand et comment, pour reprendre la formule de Spinoza, persévérer dans son être ? Et pourquoi, d’ailleurs ? Enfin, où, quand et comment céder au mouvement - irrésistible- du temps, du monde ? Au temps d’un monde ? Autrement dit, surtout : où, quand et comment résister ? Question politique, scénique, et d’interprétation : qu’est-ce qui change ?
Mais aussi : comment un interprète est-il interprété ? Et alors, par qui ? En outre, qu’interprète-t-il ? Ou plutôt de quoi se fait-il l’interprète ? Quels sont les paramètres essentiels d’une partition ? Où et quand commence le travail d’interprétation de cette dernière ? Autant d’enjeux directement affectées par les protocoles de travail imaginés dans Nuaj.

Des procédures d’expérimentation s’inventent pour l’occasion, lors d’une résidence qui se divise en trois périodes.
Dans un premier temps, une phrase scénique de 3 min est composée par l’auteur-interprète masculin. Point de départ.
Dans un second temps, son corps et sa voix se prêtent à l’écriture de 13 auteurs invités, qui modèlent la création au fil d’un processus empruntant au cadavre exquis. Chorégraphes, metteurs en scènes, musiciens... les auteurs se succèdent, prenant en cours une expérimentation commencée dans des termes qu’ils n’ont pas déterminés. Chaque auteur écrit 3 à 6 minutes de performance, puis transmet l’interprète au prochain auteur, vers des conclusions que nul ne peut anticiper... Un poème scénique s’invente.
Pendant ce temps, l’auteure-interprète féminin traverse un processus d’écriture qui lui est propre. C’est un ciel qui lui appartient. Sa guitare électrique, son chant, superposent un second poème au premier.

Alors, l’homme et la femme se retrouvent sur le plateau pour un dernier temps d’expérimentation. Les deux solis convergent et se frottent l’un à l’autre, jusqu’à l’électricité palpable, comme deux nuages fabriquent la foudre.

 

Le Laboratoire Nuaj a bénéficié du soutien enthousiaste de notre mécène ArchiMed.