May B - DE STE FOY - LÈS- LYON À RIO DE JANEIRO : MAY B À LA MARÉ, UNE FRATERNITÉ

  • © Didier Grappe
    © Didier Grappe1 / 5
  • © Didier Grappe
    © Didier Grappe2 / 5
  • © Hervé Deroo
    © Hervé Deroo3 / 5
  • © Hervé Deroo
    © Hervé Deroo4 / 5
  • © Hervé Deroo
    © Hervé Deroo5 / 5
29 mars 2018 > 31 mars 2018
RAMDAM, UN CENTRE D'ART

chorégraphie Maguy Marin
transmission aux stagiaires interprètes de Nucleo 2 de l’École Libre de Maré de Lia Rodrigues

musiques Franz Schubert, Gilles de Binche, Gavin Bryars
costumes Louise Marin
lumières Alexandre Béneteaud
artiste chorégraphique pour la transmission Isabelle Missal 
avec Audrey da Silva Pereira, Diego Farias Alves da Cruz, Jeniffer Rodrigues da Silva, Karolline da Silva Pinto, Larissa Lima da Silva, Luciana Barros Ferreira, Luyd de Souza Carvalho, Marlion dos Santos Araujo, Raquel Alexandre David Silva, Ricardo de Araujo Xavier

Depuis plusieurs années, nous avions avec Lia un rêve: celui de transmettre May B à ses étudiants de la Maré. La pièce, qu’elle a vu naître, se révèle être le lieu d’une transmission particulièrement sensible en direction de jeunes danseurs amateurs et professionnels. Au moment où partout dans le monde l’on construit de plus en plus de murs et de grilles, où les territoires sont férocement délimités, où les frontières sont imposées et rigoureusement défendues, le projet de transmission de May B à la Maré propose de faire le mouvement inverse afin de découvrir de nouvelles possibilités de partages, dialogues et collaborations. 
Maguy Marin - Lia Rodrigues 

« May B est un récit lointain, reculé, surgi d’un temps sans époque, d’une vie sans ordre ni mesure, d’une tension enfouie dans les rêveries de l’étrange, sans mémoire, sans histoire. Les danseurs, issus d’une scène du crétacé, êtres cavernicoles d’un monde que nous percevons comme étant nôtre parce qu’il appartient à nos fibres plus encore qu’à nos cultures, retracent une histoire de géologie mêlée de généalogie. Mais ce “raconter” n’est pas narratif, il ne décrit que des intuitions, des inductions, il saisit la multiplication des gestes - les uns après les autres - du passage et de la reconnaissance d’un non-tout à fait humain vers la constitution de l’homme : comment s’arracher lentement d’une masse inexpressive et méfiante d’argile, de plâtre, de déchets essayant d’aboutir à une formidable conformation prête, peut-être, à entrer dans l’histoire. » Jean-Paul Manganaro

plus d'information

réservation en ligne nécessaire (billetterie en ligne à venir)
tarif plein 15€
tarif réduit (demandeur d'emploi et étudiant) 10€

 

avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.
coproduction  Le CENTQUATRE – PARIS  – Festival Escales danse en Val d’Oise  –  Théâtre Jean -Vilar de Vitry-sur-Seine , MA scène nationale – Pays de Montbéliard , MC2 Grenoble, la Compagnie Maguy Marin - RAMDAM, un centre d’art, Lia Rodrigues Companhia de Danças – Escola livre de Danças da Maré avec le  Centro de Artes da Maré et Redes da Maré. 
Lia Rodrigues est artiste associée internationale au CENTQUATRE-PARIS et au Théâtre national de Chaillot.