Points de fuite

créé en 2001 / Festival de danse de Cannes

mise en scène, chorégraphie Maguy Marin
interprètes Ulises Alvarez, Preciosa Gil, Isaias Jauregui, Sylvie Pabiot, Thierry Partaud, Livia Patrizi, Cathy Polo, Ennio Sammarco, Marcelo Sepulveda, Brigitte Valverde
musique
Denis Mariotte costumes Chantal Cloupet
lumières Maguy Marin, Denis Mariotte, François Renard
son Antoine Garry, Stéphane Lorraine

Ce qui a été déterminant dans le choix d’articuler la pièce chorégraphique Points de fuite  autour d’extraits du texte posthume de Charles Péguy, « un poète l’a dit », c’est le constant repositionnement des mots, l’ajustement, la recherche de précision d’une pensée qui ne se veut pas figée, qui cherche à rester en mouvement, qui n’existe que par ce mouvement même.
Le caractère du texte proche de l’écriture de la composition fuguée à laquelle j’avais le désir de me confronter, faisait écho au développement chorégraphique qui s’était mis en marche depuis déjà quelques mois.

Dans ce travail nous avons été amenés à partir des constituants de la composition fuguée, à concevoir l’idée du « point de fuite » : positionnement indispensable pour toute perspective, toute transmission.
Cette succession de points qui ne cessent de fuir, compose une dynamique qui est à la fois un objectif ultime en chaque point, et un tout reliant des points les uns aux autres.
Une manière d’approfondir la perception de la position et de la localisation en observant où l’on « se situe », où l’on « a lieu », où l’on « existe ».
Autrement dit, s’interroger sur la fugue, c’est s’attacher à saisir ce qui compose la dynamique du relais et de la transformation.
C’est percevoir les jeux de la transmission d’un objet évolutif sans cesse répété. En quoi l’évolution des positionnements de chacun construit un monde en perpétuel devenir.
Alors, il ne s’agit pas seulement de s’arrêter à la question « quelle place occupe-t-on ? », mais plutôt de s’exercer à répondre avec exigence à «  comment l’occupe-t-on ? » ?

C’est le caractère terriblement contemporain de la pensée de Charles Péguy, qui m’a beaucoup touchée et qui, au fur et à mesure de l’avancée du travail de création s’est imposé à moi.

Maguy Marin

Coproduction Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape . Festival de Danse/Cannes . Théâtre de la Ville/Paris
The New England Foundation for the Arts